Vector Sign Speaking French

Apprendre le Français | Chapitre 1 : Grammaire

Index des matières
CHAPITRE 1 : GRAMMAIRE
Adjectifs Numéros
L’article
L’adverbe
a , à
La, là, l’a
on, ont
ou, où
Ce, Se
leur, leurs
Notre, Nôtre
Plus tôt, plutôt
En, y
S’en (se+en)
Ni, n’y
Si, S’y, Ci
Peu, peux, peut
Quant à, quand, qu’en
Ni, N’y
COD / COI
Les pronoms possessifs
Les pronoms relatifs
même (adverbe), même (adjectif)
Tout, chaque, quelque
Le pluriel
Le complément d’objet et d’attribution
L’adjectif qualificatif (et le participe passé)
L’accord du verbe
Le type de phrases
La forme interrogative
Les conjonctions
Les compléments circonstanciels
Les propositions

CHAPITRE 1 : GRAMMAIRE

Adjectifs Numéros

Les Numéros Cardinaux :
zéro – un – deux – trois – quatre – cinq – six – sept – huit – neuf – dix – onze – douze – treize – quatorze – quinze – seize – dix-sept – dix-huit – dix-neuf – vingt – vingt et un – vingt et deux – trente – trente et un – quarante – quarante et un – cinquante – soixante – soixante-dix – soixante-onze – soixante-douze – soixante-dix-sept – quatre-vingts – quatre-vingt-un – quatre-vingt-dix – cent –deux cents – mille – un million – un milliard .

Remarque :
Les nombres composés ≤ 100 s’écrivent avec un trait d’union : quatre-vingt-un
(Sauf : vingt et un …. ).

Les numéros ordinaux :
1er : premier – 2e : deuxième, second – 3e : troisième – 4e : quatrième – 17e : dix-septième – 18e : dix-huitième – 1000e : millième.

Expressions Particuliers :
½ : un demi – 1/3 : un tiers – ¼ : un quart – 1/5 : un cinquième – 1/6 : un sixième – 1/10 : un dixième.

Le Suffixe (aine) :
à une valeur approximative : une dizaine (dix unités) – une douzaine (12 unité) – une centaine (100 unité) – il a une cinquantaine d’années.

de 1100 à 2000 :
les nombres peuvent se lire de deux manières :
1500 = mille cinq-cents ou quinze cent

Les adjectifs numéraux cardinaux sont invariables. Toutefois, vingt et cent s’accordent lorsqu’ils sont multiples et qu’ils ne sont pas suivis par autre
adjectif numéral :
Quatre-vingts kilomètres
Cette gomme vaut quatre-vingt-cinq franc.
Deux cents – deux cent trente
On tolère l’accord de vingt et cent quand ils sont suivis d’un numéral, mais il est recommandé de suivre la règle.

L’article

Les articles sont des déterminants qui précèdent le nom.

– l’article définie : le, l’, la, l’, les (devant une voyelle ou un h muet le ou la se réduisent à : l’ (l’homme)

– l’article définie contracté :
à + le = au (je vais au Parc)
de + le = du (ils partaient du travail)
à + les = aux
de+ les= des (méfie-toi des branchages) أغصان

– l’article indéfinie : un , une , des.
Devant un nom précédé d’un adjectif on emploie souvent de à la place de l’article indéfini des, exemple : nous avons fait des belles …
aussi : des à la forme qualificatif au pluriel devant le nom, devant de ou d’ (devant une voyelle) : exemple : elle a des robes → elle n’a pas de robes / elle a de belles robes.
J’ai vu des animaux → je n’ai pas vu d’animaux / j’ai vu d’énormes animaux.

à la forme négatif un, une, des deviennent de ou d’ ;
tu as une sœur → tu n’as pas de sœur
j’ai vu des canards → je n’ai pas vu de canard
Cependant , il y a des exceptions :
* avec le verbe être il n’y a pas de changement à la forme négative :
c’est une plante → ce n’est pas une plante
ce sont des canards → ce ne sont pas des canards
* un ou une ne sont pas affectés par le passage à la forme négative s’ils ont une valeurs numérique (unique, plusieurs) :
il n’a pas une voiture
il en a trois

Il ne faut pas confondre des, article défini avec des , résultat de la contraction de de et des :
Tu as des animaux → tu n’a pas d’animaux
Je te parle des voisins → Je ne te parle pas des voisins.

– Article Partitif : du, de la, des
il introduit un groupe nominal sui désigne une partie ou une quantité de quelque chose qu’on ne peut pas compter. Il est employé devant un nom désignant :
une réalité indénombrable : il boit du lait
une chose abstraite : vous avez du courage pour agir ainsi.
Attention : l’emploi ou non du partitif sera lié à l’emploi de certains verbes :
Je prends du thé / J’aime le thé

– Quand peut-on omettre l’article ?
après une expression de quantité é :
il a beaucoup d’argent – elle est couvert de dettes . après les prépositions avec, sans, en :
Prends-tu ton café avec ou sans sucre
elle est partie en vacances
dans certains proverbes : (ei) pour ciel
dans certains expressions verbales qui prennent de :
avoir envie de cerises كرز
manquer de temps / avoir besoin de vacances
en apposition بدل : Juliette, fille de … , est née à …

– pour arriver à faire la différence entre des article indéfini et des article défini contracté, mettez le nom déterminé au singulier, si on peut remplacer des par un ou une, c’est un article indéfini :
J’ai attrapée des microbes / je suis dégouté des bains de mer.

– Ne pas confondre du, article défini contracté, et du article partitif :
Quand du est partitif on peut le remplacer par un peut de :
Je bois du café / Je suis revenu du voyage (de+le).

L’adverbe

L’adverbe est un mot invariable, il modifie ou précise le sens d’un adjectif ou d’un adverbe.

– Les adverbes qui précise :
La manière : blanc, mal…
Le temps : aujourd’hui, hier…
Le lieu : ici, ailleurs, dehors…
La qualité : beaucoup, peu, trop…

– Les adverbe qui modifient :
En niant : non, ne pas, ne plus…
En affirment : oui, certes…
En doutant : peut-être, sans doute…
En interrogeant : quand, où…

– La plupart des adverbes terminés par (-ment) se forment en ajoutant (ment) au féminin de l’adjectif :
courageuse → courageusement
claire → clairement
Exception : jolie → joliment
vrai → vraiment

– Les terminés par (ent) forment leurs adverbes en (emment) :
prudent → prudemment
impatient → impatiemment
Exception : lent → lentement
Attention : il ne faut pas confondre les adverbes terminés par (ent) (lentement) avec les noms en (ent) (client). L’adverbe est invariable :
le client = nom (la cliente).

– Les terminés par (ant) forment leurs adverbes en (-amment) :
brillant → brillamment
savant → savamment.

a , à

Le à avec un accent grave est un mot invariable, c’est une préposition حرف جر
Le a sans accent peut se remplacer par l’imparfait (avait), c’est le verbe avoir.
Exemples : Laisse-le, a dit sidi
Il a donné à manger aux enfants.

Devant un infinitif on écrit toujours à : ils ne pensent qu’à manger.

La, là, l’a

Là désigne un lieu. On peut la remplacer par ici (ou par un complément de lieu) : il était là depuis le début.

La se trouve devant un nom féminin singulier : la poussière s’est envolée.

L’a (ou L’as) est former de le (ou la) et du verbe avoir. A l’imparfait (L’a) devient (L’avait) et (L’as → Lavais). (Là et La ne changent pas.

On, ont

On est toujours sujet d’un verbe qui doit s’écrire à la 3e personne du singulier : on chante.

Ont est le verbe avoir, on peut le remplacer par l’imparfait (avaient) :
on aime ceux qui ont bon caractère.

ou, où

Ou peut se remplacer par (ou bien) : la maison ou la voiture (ou bien la voiture).

Où permet de poser une question ou d’indiquer le lieu. On ne peut pas la remplacer par (ou bien) :
Où est sidi ?
Où sont passé les enfants ?
La maison où ils mangeaient (où prénom relatif).

Ce, Se

On écrit se devant le verbe, et ce devant le nom. Parfois il y a un adjectif qualificatif entre ce et le nom.
Si on met la phrase à la 1er personne du singulier (se) devient (me).
(Ce) devient (cette) devant un nom féminin.
Exemples : Tous les humains se ressemblent
Ce garçon est con
Ce petit garçon (cette fille)
Tout les humains me ressemblent

– Ces, Ses : (Ces) est adjectif démonstratif pluriel de (Ce), (Cet) ou (Cette).
(Ses) est un adjectif possessif, pluriel de (son) ou de (Sa).
Il faut écrire (ses) quand après le nom on peut dire (les siens) (les siennes).
exemple : .. et lui cachent ses crayons (les siens).
Ces enfants taquinent sidi يكدرون صفوه

– C’est, S’est : on écrit (ce) et (c’) quand on peut le remplacer par (cela) :
C’est un enfant → cela est un enfant
On écrit se et c’ quand en conjuguant le verbe on peut remplacer se ou s’ par me, te, m’, t’ :
Je me suis blessé, tu tés blessé.

– C’était, S’était : si on met la phrase à la 1 er personne du singulier, S’était (ou s’étaient) devient m’étais. C’était (ou c’étaient) ne changent pas :
Je me suis blessé, tu t’es blessé
L’enfant s’est blessé

– C’était, s’était : si on met la phrase à la 1er personne du singulier, S’était (ou s’étaient) devient m’était :
C’était de vrais gentlemen.
On peut mettre les phrase à la forme négative S’était devient ne S’était pas, C’était devient Ce n’était pas.
Exemple : Ce n’était pas de vrais gentlemen.

– Ce, cet, cette, ces (les démonstratifs) :
cet accompagne les mots masculins qui commencent par une voyelle ou un h muet : Ce breuvage – cette fille – cet arbre – cette femme – ces gaulois.

Le démonstratif peut être accompagné de (-ci) ou (-la) :
Ce livre-ci est..
Cette année-là, il habitait..
En principe, la forme ce..- ci envoi à tout ce qui est proche, la forme ce..là, a ce qui est éloigné.

Les possessifs :
mon, ma, mes, ta, tes, son, sa, ses, votre, vos, notre, nos, leur, leurs.
Les formes mon, ton, sont, son employées devant les noms féminins commençant par une voyelle ou par un h muet :
Mon amie est partie
Le romancier a parlé de

le possessif est remplacé par l’article défini devant les noms de parties du corps lorsqu’on connait le possesseur → il s’est cassé la jambe.

leur, leurs

lLeur placé près du verbe quand il est le pluriel de lui, est un pronom personnel, et s’écrit toujours leur (sans s, invariable).

Il ne faut pas confondre leur prénom personnel avec leur adjectif possessif qui prend un s avec leur adjectif possessif qui prend une s quand il se rapporte à un nom pluriel.
Exemples : Je leur prête mon livre (je lui).
Elle appellent leurs amis (ses amis)
Ils appellent leurs maman (sa maman)
Prêtes leur ton livre (ton livre)

Notre, Nôtre

Au pluriel notre devient nos, et nôtre devient nôtres. De plus nôtre n’apparait jamais sans le ou la.
Un membre de notre famille (de nos)
C’est le nôtre (les nôtres)
Le nôtre est grand (les nôtres sont grand)

Votre, Vôtre : au pluriel votre devient vos, vôtre devient vôtres. De plus vôtre n’apparait jamais sans le ou la.
sur votre arbre (sur vos arbres)
comme le vôtre (comme les vôtres)

Plus tôt, plutôt

Plus tôt est le contraire de plus tard. Plutôt à le sens d’assez, de préférence…
Vous ne pourriez pas le dire plus tôt ?
Je préfère me marier plutôt de se faire…
Je préfère étudier la nature vivant de préférence (plutôt) d’étudier la politique.

En, y

Le prénom personnel en permet de remplacer un nom dénombrable (soupe) en fonction de Cod :
j’habite à coté et j’en bois
j’en bois = je bois de l’eau (en = Cod / de l’eau = Cod)
Le prénom personnel y permet de remplacer un nom (objet, animal, idée) en fonction de Coi.
Il supplie sidi d’y goûter
d’y goûter = de goûter aux pâtées (y= coi / aux pâtées= coi)

S’en (se+en)

S’en (se+en) ne se trouve jamais devant un nom. En remplace un complément introduit par de : ne s’en plaignent pas : il ne se plaignent pas … (de) …

Remarque : Sans est le contraire de avec :
réseau sans fil
Sent est le verbe sentir :
je sens, tu sens, il sent (même prononciations avec s’en)

Ni, n’y

si on met la phrase à la forme affirmative , ni (conjonction de coordination) devient (et) , ni (ne+y) devient y :
ça n’a ni queue ni tête → ça a une queue et une tête.
Il n’y avait personne → il y avait quelqu’un.

Le pronom y remplace un nom ou groupe nominal introduit par : à, au, à la, a l’, aux. Ce peut être :
un lieu où l’on va, où l’on est : Papa va au bureau. Il y va.
Mon oncle vit à London. Il y vit.
une chose : Je m’intéresse à la peinture. Je m’y intéresse.

Pour être animés on emploie rarement y :
Parles-tu à ta sœur ? Oui je lui parle.
Penses-tu à la mère ? Oui je pense à elle. Oui j’y pense.

Y peut aussi remplacer un complément de lieu introduit par d’autres prépositions : chez, dans, sur, sous…
Pierre est allé chez sidi. Il y est allé.
Le livre est dans la maison. Il y est.

Le pronom y se place toujours devant le verbe auquel il se réfère :
Va-t-il à la piscine ? Oui il y va très souvent.

S’il y a un second pronom, y est placé en dernier :
J’emmène les enfants au parc → Je les emmène → Je les emmène .

Le pronom En remplace des compléments introduits par la préposition de, ce peut être :
Un lieu d’où l’on vient. Vas-tu au marché ? Non j’en reviens.
Une quantité introduite par un article partitif : Veux-tu du gâteau ? Oui j’en veux une petit part.
Une quantité introduite par un adverbe de quantité : combien as-tu de billet ? J’en ai 6, je n’en ai pas beaucoup.
Un verbe qui se construit avec de : S’occupe-t-il de son jardin ? Non, il ne s’en occupe pas.
Un adjectif qui se construit avec de : Est-tu content de ton nouveau ordinateur ? Oui, j’en suis content.

Le pronom En peut remplacer un complément d’objet direct précédé de un ou une :
Paul a un frère. Il en a un.
Paul as-tu une sœur ? Non je n’en ai pas.

En, se place comme Y :
Fait-tu du tennis ? J’en fais le week-end (devant le verbe).
Offres-tu un vélo à Nicola ? Oui, j’lui en offrirai un.

Si, S’y, Ci

Si est utilisé pour marquer :
La condition : Si je le vois, je lui dirai que …
Une affirmation : Si !!! Tu as réussi
L’intensité : Il est si furieux que je n’ose pas lui parler (si=tellement).

Si signifie oui : Si, répondait l’étudiant.

S’y = si y = pronom complément d’un verbe pronominale :
Il va à l’école. Il s’y rend à pied. Je m’y rends à pied (sujet remplacé par Je).

S’y (se+y) : à la 1er personne du singulier : s’y devient m’y et si ne change pas :
Il n’y avait pas moyen de s’y tromper (n’y)
Je poussai si fort → Je poussai si fort

Ci : parle d’un objet précise : cet objet-ci (on peut le remplacer par là : cet objet-là).

Peu, peux, peut

à l’imparfait peux devient pouvait (verbe avoir), peut devient pouvait, peu ne change pas :
tu ne peux pas → tu ne pouvais pas
une femme peut-elle → une femme pouvait elle
Ils était un peu plus malin (un peu= adverbe)

Quant à, quand, qu’en

Quand peut être remplacer par lorsque, quant à par en ce qui concerne :
quant à vous autres → en ce qui vous concerne
et quand la direction est → et lorsque
quand elle a su → lorsqu’elle a su

Qu’en se compose du conjonction que et du prénom en. En remplace un complément introduit par de.
Exemples : qu’en pensez-vous ? = que pensez-vous de (en= prénom personnel).

S’en : S’en est un pronom réfléchi à la 3e personne suivi de en ; Le verbe qui suit s’en est conjugué :
Il s’en va.

sans est une préposition qui précède un verbe à l’infinitif, un pronom, un nom ou un GN et qui exprime l’absence ; sans est le contraire de avec :
Il part sans son cartable.

Ni, N’y

Ni est formé de deux mot : n’ adverbe de négation élidé (ne en origine) suivi du pronom adverbial Y .

N’y est suivi de pas, rien, ou jamais pour encadrer un verbe dans une phrase négative :
il n’y a plus de pain.

Ni est une conjonction de coordination, souvent répété, c’est la forme négative de ou…ou, ni…ni, exprime une alternative négative :
Ni l’un ni l’autre n’ont répondu à temps.

COD / COI

Le complément d’objet complète le verbe. Il énonce la personne ou la chose sur laquelle porte l’action exprimée par le verbe.

Le complément d’objet est de deux types : direct (COD) et indirect (COI).

Le COD répond à l’une des questions suivantes … à qui ? … à quoi ? … de qui ? … se quoi ? … ets

Le complément COI introduit par une préposition (à, de, ….) qui le sépare du verbe. Exemple : Il pense à son ami → Il pense à qui ?

Les prénoms démonstratifs :
permettent de désigner sans les nommer un objet, une personne où un évènement en les distinguant comme si on les montrait du doigt : celui-ci c’est…
Objets proches : il faut commencer par celui-ci
Objet éloignés : ce sont ceux-là, à dit..

Les pronoms possessifs

permettent de remplacer un nom ou indiquent la personne qui possède l’objet ou l’être animé désigné par le nom.
Il faudrait qu’il aille parler à son père.
Il faudrait qu’elle aille parler au sein aussi (au sein = au père de sidi)
Un visage comme le vôtre ou le mien.

Les pronoms relatifs

introduit une préposition relatif.
Formes single : qui, que, qu’, dont, où
Formes composées : le quel, les quelles, aux quelles, du quel, de la quelles, des quels.

même (adverbe), même (adjectif)

même est invariable s’il signifie : aussi, de plus, encore plus…
Parfois même je réussi un ….
Le même gout → les mêmes goûts

Tout, chaque, quelque

Tout se rapportant à un nom est variable et s’accorde en genre et en nombre avec ce nom..

Quelque s’accorde seulement quand in a le sens de plusieurs.
Les ‘quelque chose’ et ‘quelque temps sont invariables.

Chaque marque toujours le singulier. Rappelons-nous l’expression ‘chaque animal’.

Exemples:
Tout le jour, tous les jours
Tout ton sac, tous les sacs, toute les villes
Cueille quelques fleurs.
Chaque chien.

Le pluriel

Noms en au , eu prennent x au pluriel :
un lionceau → des lionceaux
le feu → les feux

Noms en al , un certain nombre de ces noms forme leurs pluriel en aux :
le journal → des fourneaux

Les noms dont le pluriel est en aux, et le singulier en al ou ail ne prennent pas de e dans la terminaison de leur pluriel (il faut donc penser au singulier) :
agneau → des agneaux

Nom en ou forme leurs pluriel en s, sauf 7 noms : bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou.

Remarque : lorsqu’ un nom singulier se termine par s, x, z, il ne change pas au pluriel : tapis → tapis (aussi : noix, nez).

Les adjectifs ajoutent un s au pluriel : joli, jolie → jolis, jolies
Et les adjectifs en s, x ne changent pas de forme au masculin pluriel :
un gâteau délicieux → des …

Les couleurs s’accordent en genre et nombre avec le nom qu’il qualifie :
des murs blancs

le pluriel d’adjectifs numéraux : ces adjectifs sont invariables, sauf dans certains cas (vingt) et (cent).
Quand ils sont multiplies et qu’ils ne sont pas suivis d’un autre nombre (ils se mettent au pluriel) : quatre-vingts, six cents …

le pluriel des mots composés : en général le nom s’accorde , mais si le nom composé est formé d’un verbe et d’un nom, il peut ne pas s’accorder, cela dépend du sens du nom composé :
des lave-vaisselle (reste au singulier)
un chou-fleur → des choux fleurs
des tire-bouchons (bouchon se met au pluriel)
une longue-vue → des longues-vues
un gardien de but → des gardiens de but
un avant-garde → des avant-gardes

Le complément d’objet et d’attribution

le complément d’objet indirect (C.O.I) se place généralement après le verbe, il introduit le plus souvent par la préposition (à) ou (d) :
Rémi (s) a offert (v) un bouquet de fleurs (cod) à sidi (c d’attrib)

Les verbes comme (donner, offrir, attribuer, prendre) peuvent avoir un Cod et un complément d’attribution.
Autres exemples : souvent, quand père (s) parle (v) de son enfance (coi)

L’adjectif qualificatif (et le participe passé)

Le nom singulier veut un adjectif qualificatif singulier.
Le nom pluriel veut un adjectif qualificatif pluriel

Les adjectifs qualificatifs prennent un s au pluriel et quelque fois une x :
le chou pointu, les choux pointues
le beau fruit, les beaux fruits

Remarques : Certain adjectifs se terminent par un s ou une x au singulier, ils ne changent pas au masculin pluriel.

Beaucoup d’adjectifs qualificatifs en (al) font leur pluriel an aux : un geste brutal → des gestes brutaux.

Le participe passé employé avec ETRE et AVOIR :
Le participe passé employé avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet du verbe. Au contraire, le participe passe p employé avec l’auxiliaire être s’accorde toujours avec le sujet du verbe (sauf dans certains verbes pronominaux) :
Les rafles ont cassé les branches
Les branches ont été cassés par les rafles.

Le pp et l’adjectif qualificatif : En général chaque verbe a un pp. Il est souvent employé comme adjectif qualificatif.
Le pp (participe passé) est en é pour les verbes du 1er groupe (coupé). En i pour le verbe du 2 e groupe (est franchi). En u pour les verbes comme attendre (attendu).
Quelques verbes du 3e groupe ont leur pp terminé par s ou t : dire → dit, mettre → mis.

Règle : Le pp employé avec un nom s’accorde comme un véritable adjectif qualificatif, il prend un e au féminin et une s au pluriel :
L’herbe coupée → les herbes coupées.

Remarque : L’adjectif qualificatif et le pp placées près d’un nom sont épithètes de ce nom, exemples :
petits : adjectif qualificatif du nom enfants masculin pluriel.
Tombées : pp épithète du nom mangue féminin pluriel.
L’adjectif qualificatif et le pp épithète s’accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rapportent (الذي يضافوا إليه).

Remarque : L’adjectif qualificatif et le pp sont souvent reliés au nom ou au prénom à l’aide du verbe.

Attention : Il ne faut pas confondre le pp épithète en é avec l’infinitif en er :
Le champ labouré est vaste.
Il va labourer son champ.
On reconnait l’infinitif en er à ce qu’il peut être remplacé par l’infinitif d’un verbe du 3e groupe comme vendre, mordre, voir…
dans le cas contraire, c’est le pp épithète en é :
Le champ vendu est vaste.
Il va vendre son champ.

Attention : Il ne faut pas confondre le pp épithète en é qui s’accorde comme un véritable adjectif qualificatif avec le verbe à l’imparfait qui marque l’action :
Quand c’est l’imparfait , il n’y à pas, dans la proposition, d’autre verbe à un mode actif. Exemple :
Les branches casées pendent
Les branches cassaient sous le poids des fruits.

L’accord du verbe

le verbe s’accorde en nombre et en personne avec le sujet :
L’oiseau chant dans le buisson
Les oiseaux chantent dans le buisson

Le type de phrases

Phrase déclarative : forme affirmative : la récolte est bonne cette année.

Phrase déclarative : forme négative : la récolte n’est pas bonne cette année.

Phrase interrogative : la récolte est-elle bonne cette année ?

Phrase exclamative : quel dommage que les criquets détruisent cette belle récolte.

Phrase impérative : récoltez le plus tôt possible.

La forme interrogative

Le petit songe à retourner au village (phrase affirmative) → Le petit songe-t-il à retourner au village ? (forme interrogative)

La voix passive : une phrase est à la voix passive lorsque le sujet subit l’action au lieu de la faire :
Beaucoup de gens, et notamment ceux qui vont être mangé par ….
Le verbe de la phrase active se construit avec l’auxiliaire être et par.
Sa vie au contraire, était consacré à …

La phrase passive , Le complément :
Phrase active : La foule (gs) bouscule (v) sidi (cod)
Phrase passive : Sidi (gs) est bousculé (v) par la foule (comp.d’gent)
Le complément d’agent est introduit souvent parla préposition par , et quelque fois par la préposition de.

Les conjonctions

La conjonction de coordination : Joint des éléments de même nature ou de même fonction.

Les conjonctions de coordination sont : mais, ou, et, donc, or, ni, car :
J’espère que nous arriverons bien tôt (que : subordonnée conjonctive)

Les conjonctions de subordination introduit une proposition subordonnée conjonctive. Elles sont : Si, comme, quand, que et leurs composés
Que, pronom relatif, a un antécédent.
Que, conjonction de subordination n’a pas d’antécédent.

Les compléments circonstanciels

Qui répondent aux questions où, quand, comment, pourquoi, posées après le verbe renseignent sur les circonstances d’une action (lieu, moment, manière, cause). Ce sont compléments circonstanciels.
Exemple : Papa (s) ramènera (v) un phacochère (cod) demain (cc)

Les propositions

Les élèves sortent de toutes les classes.
Une proposition est un groupe de mots organisés autour d’un verbe conjugué (analyse).

Propositions coordonnées : C’est quand deux propositions sont reliées par : mais, ou, donc, or, ni, car.

Propositions juxtaposées : C’est quand, à l’intérieur de la phrase, deux propositions sont séparées par un signe de ponctuation.

Les propositions subordonnées relatives : Les pronoms relatifs sont : qui, que, quoi, dont, où, lequel et ses dérivées :
Les mangues que sidi a rapportées sont…
La proposition subordonnée peut être intercalée à l’intérieur de la proposition principale.

La proposition de la subordonnée relative est complément de l’antécédent (Sa fonction) :
Ils se mêlent aux apprentis-chauffeur qui appellent les….
Antécédent,complément

Les propositions subordonnées conjonctives introduites par que : Que est pronom relatif introduit une proposition subordonnées relative (Conjonction de subordination).
La proposition subordonnée conjonctive introduit par que est complément Cod du verbe de la proposition principal :
Yacine a mangé la mangue que tu lui as donnée
Antécédent ,subordonnées relative

J’espère que Rémi viendra partager notre repas
subordonnées conjonctive, Cod de espérer

  • شارك الموضوع
Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
error: Content is protected !!